1/4 heure photo du 12 décembre 2018 : "L'attente" par Claude Lacour

2018 12 qhp clac cc
L'analyse de Lisa Molaro :

Une photo en noir et blanc nommée « L’attente », sans doute prise cet été au vu des personnages et de leur tenue vestimentaire.

Une scène de rue qui nous rappelle comme il est bon, quand il fait beau et chaud, de profiter du temps qui passe sur une terrasse et à l’ombre bien entendu. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait les acteurs de cette scène, se mettre à l’ombre.

Le personnage assis au premier plan sur la droite avec son aspect "bad boy" (ceinture à cartouches et bracelet de force) ajoute un peu de piquant à cette image, mais n’enlève rien à la tranquilité du moment.

Il a semble-t-il emprunté une chaise afin de se mettre à l’ombre. On voit nettement le passage de lumière entre lui et les autres personnes attablées. Les regards pour la plupart sont dirigés vers la gauche, mais que se passe-t-il ? Je voudrais bien le savoir ! L’attente... cette photo a le pouvoir d’être interrogative et de bien porter son nom.

Cette scène se situe me semble-t-il aux abords d’un bâtiment public, sans avoir pu l’identifier. On voit bien le panneau d’information que je ne suis pas parvenue à déchiffrer. Le choix du noir et blanc a du être dicté par un excès de luminosité, ce qui m’a invité à regarder les exifs : ISO 250, focale 32 mm, f:5,3, 1/160 s. Peut être aurait-il fallu augmenter la vitesse, mais je ne suis pas certaine que cela aurait eu une incidence. Quoiqu’il en soit, la règle des tiers a été respectée.

Un sujet intéressant qui m’a apporté beaucoup d’interrogations, tant au point de vue technique qu’au point de vue photographique.

Merci Claude pour toutes ces interrogations et cette difficile analyse.

L'analyse de Daniel Braun :

Comme vous le savez, ma préférence photographique est l’animalier... À l’ouverture de l’image, je me suis dit : "Quel drôle d’oiseau on m’a envoyé...".

En première lecture, je ne sais pas trop quoi en penser, il y a beaucoup d’éléments présents, mais le sujet principal saute aux yeux. Cet homme assis au soleil semble sortir d’un film sur les barons de la drogue. On pourrait le croire armé avec sa pseudo-ceinture de balles de guerre. Mais l’idée est immédiatement contrebalancée par ce cône surmonté d’une fleur qui ne cadre pas avec ma première vision.

Le reste de l’image nous ramène aussi dans un environnement plus touristique, avec a priori d’après les indices, des consommateurs sur la terrasse de la pâtisserie du Kugelhopf et le panneau explicatif de l’église méthodiste de Sion. Cet environnement charge en partie l’image, mais il était certainement difficile d’avoir un angle différent surtout s’ il s’agit d’une image faite en toute discrétion.

Le choix du noir et blanc est bien adapté pour alléger les nombreuses informations et pour réduire un nombre peut-être important de couleurs différentes.

Sans détenir la vérité, j’aurais recadré l’image en supprimant une partie des fenêtres du haut et une partie à droite et à gauche : cela mettrait le sujet plus en valeur, mais chacun voit et vit l’image à sa façon.

La photo a été prise avec l’ouverture à f:5,3. Si possible, une ouverture plus grande aurait encore réduit la profondeur de champ pour isoler un peu plus le sujet principal avec un flou plus prononcé sur la partie arrière de l’image. Dernier détail : la tête du sujet principal se trouvait au soleil, d’où la surexposition du visage qui est un peu dommageable.

En conclusion, c’est une photo qui interpelle et qui nous fait imaginer différents scénarios. Ce drôle d’oiseau finalement me plaît.

Rechercher