1/4 heure photo du 11 Octobre 2017 : "Petit Briefing" de Gilbert De Murcia

2017 10 qhp gdmu cc
L'analyse de Alain Hamdi :

Avec une taille respectable de 3/2 en format grand angle, Gilbert nous présente sa photo en noir et blanc. Excellent choix d’ailleurs de l’avoir convertie pour éviter une multitude de couleurs inappropriées.
La profondeur de champ est courte et la netteté visible. Je préfère aborder l’aspect de la composition, c’est-à-dire la façon dont les différents éléments de la scène sont arrangés. Pour moi, on dirait une règle des tiers, mais nos yeux ne savent pas où aller quand on la regarde pour la 1ère fois. Il faut d’abord observer à gauche, à droite, en haut, puis finir vers le bas pour la comprendre. Le point fort de la photo est l’homme que j’appellerai le guide. Les femmes sont debouts et le groupe d’enfants assis, mais les deux fenêtres très lumineuses viennent perturber la lecture de la photo.

Presque tout le monde a les yeux rivés vers le guide qui semble monopoliser l’attention et la concentration est au maximum. Je vous rappelle qu’on a toujours bonne opinion des jeunes gens qui écoutent avec attention et avec plaisir les conversations des personnes sensées (Félicité de Genlis 1801).

On peut penser que tout est à sa place et pourtant c’est désordonné ! Le garçon à genoux au pied du guide tourne le dos : il aurait pu prendre la place vide sur le banc auprès de ses camarades. Par ailleurs, le guide aurait pu se déplacer davantage vers la gauche pour laisser entrer la lumière ou alors il aurait fallu tout simplement recadrer la photo. J’ai beau regarder en essayant de me positionner dans un autre cadrage, mais il n’y a pas de meilleurs endroits. Voici mes recommandations : je trouve que cette photo est sombre : pourquoi ne pas avoir utilisé un petit coup de flash ? En augmentant l’exposition, on aurait apporté de la lumière et ainsi fait ressortir les détails de la scène et des différents regards. Ce qui est important, c’est la scène et non le contraste des fenêtres "cramées". On ne changera pas l’intensité lumineuse de ces deux fenêtres : j’ai essayé avec le plugin Silver Efex d'atténuer l’excès de lumière, mais le résultat n’est pas optimal (je vous le montrerai plus tard). Lorsque j’ai regardé les exifs, j’ai vu que le boitier était réglé à 200 Iso : je pense qu’il fallait l’augmenter à 800 Iso pour mieux adapter l’exposition et gagner de la vitesse. Je soupçonne Gilbert d’avoir déclenché à la sauvette avec son Sony Pocket et... d’avoir égaré son manuel d’utilisation.

Malgré les imperfections techniques, cette scène retranscrit bien l’ambiance du "Petit briefing" suggéré par Gilbert. On voit bien que Gilbert est nostalgique du temps passé par le fait de son ancienne activité professionnelle de « chercheur en biologie » et, de surcroit, des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent on en cherche (Charles de Gaulle) ; cette scène lui rappelle étrangement ses multiples interventions de maitre de conférence pour présenter le fruit de ses recherches à son public. Sinon, pourquoi nous la montrer ? On verra ce qu’il nous dira...

 

Une deuxième analyse de Danièle Béjean :

Gilbert, j'ai apprécié ta photo dès l'ouverture. Elle me rappelle mon enfance. Charmants tous ces regards tournés vers l'homme debout, même les dames, peut-être des mamans, participent attentivement au "petit briefing" (titre de la photo).

Le lieu ne m'est pas indifférent... m'y serais-je déjà assise ? N'ayant pas trouvé de réponse, pour me mettre éventuellement sur une piste et mieux connaître ton parcours photographique, Gilbert, j'ai consulté ton site "Papirazzi" : aucun indice, mais une belle découverte pour ma part de clichés très variés.

En prenant cette photo, tu devais déjà, dans ta tête, la voir en noir et blanc. En effet, l'absence de couleur permet de concentrer le regard sur le sujet de la photo, comme indiqué dans son titre.
Le contre-jour est bien maîtrisé, tout comme le cadrage entre les personnes debouts et les enfants assis.

Mon attention est attirée par le "petit ange" au bonnet blanc devant le narrateur. Ce dernier a sur capter son attention ainsi que celle de pratiquement tous ses camarades‌.
Gilbert, tu as appuyé au bon moment et ainsi tu as pu nous régaler avec une très belle photo.

Petite question pour finir... : où étais-tu "planqué" pour ne pas avoir attiré un seul regard d'enfants, ni même de mamans ?

 

La troisième analyse de Colette Gigos :

"Petit briefing", voilà l'intitulé de cette photo.

On suppose une sortie scolaire dans un lieu historique de Strasbourg en hiver.

Les enseignantes sur la droite ont le regard braqué sur le personnage de gauche qui parle avec passion à de jeunes enfants assis sagement... Et à mon sens, c'est là que réside l'intérêt de l'image : une série de regards enfantins tous très différents ; captivés, interrogateurs, amusés, rêveurs, ou même complètement ailleurs... et en opposition, le regard des adultes appuyés, intenses et presque inquiets.
On ressent là toute la concentration de la grande majorité des personnages ; il se dégage une atmosphère studieuse, générée certainement par les consignes des professeurs des écoles et par le récit du "guide" dont la main droite levée anime et aussi maintient l'attention. Prendre des enfants en photo est une tâche ardue, profiter qu'ils soient tous assis ensemble et presque de face est bien vu ! C'est que Gilbert et son œil avisé en ont profité pour nous montrer une image prise sur le vif !

La composition aérée me paraît équilibrée, trois groupes de personnages, des regards qui font écho.

D'un point de vue technique, certaines zones sont trop claires, par exemple la fenêtre en face et une partie du sol sont surexposées. L'œil est d'emblée attiré vers la fenêtre trop éclairée du milieu et c'est dommage, les croisillons ont perdu de leurs détails.

Le traitement en noir et blanc me semble une excellente idée : il donne un esprit intemporel à l'image et évoque la transmission du savoir des anciens aux jeunes générations.

Rechercher