1/4 heure photo du 27 mai 2015 : Jodpuhr, Inde : La vendeuse de rideaux par Alain Thébault  

Une première lecture faite par Alain Goirand :

Il arrive que pris d'une brusque fringale, on se retrouve à manger sur le pouce.
Le premier estaminet fera l'affaire pour se sustenter quelque peu.
C'est dans ces conditions d'urgence que j'ai découvert la photo qu'Alain nous propose ce soir.
Je ne dispose de peu de temps et n'ai que mon téléphone.
Tant pis j'ouvre l'image.
Grand soupir de soulagement.
On est parfois confronté à des images dont la lecture n'est pas instantanée.
Sur un fond richement coloré, un sourire radieux remplit l'écran de mon téléphone.
Un portrait pris sur le vif se présente à mon regard.
Loin des poses parfois empruntées des modèles de studio la jeune femme photographiée se présente au regard du photographe dans un naturel sans artifice.

Tout confère à donner de la douceur à cette image
Une lumière comme filtrée, l'harmonie de l'arrière-plan.
Je n'ai pas la photo plein écran. Je modifie la fenêtre.
Sur le coté gauche un fond inopportun casse cet équilibre.
Au final rien de grave un simple recadrage permettra d'y remédier.
Oser le cadrage carré.
La prise de vue le permet
Au final une superbe image, une adresse à retenir pour nourrir son regard.

Une autre lecture : Guy Biencourt

Mon premier ressenti c'est de la joie de vivre, de la gaieté. Une photo de voyage un face à face entre une jeune femme et un photographe en visite dans un pays que l'on dit émergent. Un  moment de complicité que chacun d'entre nous aimerait vivre au hasard de ses errances photographiques. Un instant de vie que l'on oublie pas car ce regard capté par Alain véhicule de fortes valeurs humanistes...le sentiment c'est qu' il se passe quelque chose. L'envie de réaliser cette photo me vient à l'esprit juste un court instant de jalousie ...celle de faire cette photo.

L'espace est délimité par un cadrage certainement retravaillé (résolution 5184X3456). Il est équilibré, je dirais bien organisé et c'est normal le métier d'Alain était d'occuper et d'organiser les espaces architecturaux. Il y a une règle des tiers évidente bien présente,une lecture de gauche vers la droite.

- un tiers flouté
- un 2 ème tiers une bande de rideaux avec le personnage
- le 3 ème tiers une main qui tient,une mosaïque de couleurs formée par les rideaux.

Chaque panneau a une expression, de l'ombre à la lumière en passant par le regard, une lecture simple du bonheur.  Les point forts, les deux yeux, les dents blanches mais aussi des centres d'intérêts qui se détachent : la tête, le châle mauve, la main en position verticale. La couleur additionnelle du châle oriente notre regard vers les rideaux situés à droite, une harmonie de trois couleurs : rouge, jaune, vert. Nous distinguons une autre couleur noire additionnelle. Elle joue un rôle, elle nous renvoie vers le visage rayonnant de la jeune femme aux cheveux noirs.

En l'état il y a une cohérence :

trois panneaux.
trois centres d'intérêts
trois couleurs primaires

Le chiffre trois a été pour certains photographes la base de leurs constructions photographiques.

Autre paramètre de cette photo ce sont les lignes verticales formées par les rideaux force et dynamise en découlent Dans ces lignes il y a des courbes crées par la main, la maîtrise des couleurs, du temps, de sa destinée. Cette main nous renvoie  vers le châle marqué par lignes courbes pour que notre regard se stabilise sur le regard de cette femme.

En résumé.

- Une règle des tiers parfaitement maîtrisée
- Une harmonie de couleurs complète la lecture
- Des lignes verticales expressives
- Une maîtrise de la lumière
- Tout est logique et bien construit .

Le spectateur que je suis te dit merci pour cette instant magique de bonheur

C'est la présentation d'une première photo d'Alain Thébault pour le  club photograff' un beau et bon ticket d'entrée : du dynamisme, de l'optimisme, de la convivialité...bienvenue au club l'ami

Rechercher