1/4 heure photo du 24 avril 2019 : "J'aime pas faire la vaisselle" par Gilbert De Murcia

2019 04 qhp gdm cc
L'analyse de Christian Sauter :

Jamais deux sans trois... C'est en effet la troisième fois que j'ai le plaisir de commenter une photo de Gilbert.

« Vaisselle ou école ?» pourrait être aussi le titre de la photo du fait de la petite moue, d'un regard un peu vague vers le hors champ, une main dans la bassine et l'autre tenant un stylo. Mais plus certainement, le Bic a servi de cadeau pour faciliter la prise de vue.

Heureusement, il n'y pas le sentiment de photo posée grâce au geste de la main au-dessus de la bassine.

Je ne me suis pas trompé, en revisitant le site de l'auteur, j'ai bien la confirmation que cette photo a été prise au Cap Vert. Au passage, je relève que Gilbert affectionne les scènes où l'on voit les filles occupées aux tâches ménagères.

1/4 heure photo du 27 Mars 2019 : "A do lé woun" par Alain Thébault

2019 03 qhp ath cc
L'analyse de Pierre Heckel :

Photo sobre et très expressive à la première lecture de l'image.
Composition parfaite dans les règles des tiers, une lumière exceptionnelle, bien gérée par le capteur.
Notre regard est immédiatement attiré par les yeux de cet enfant, un regard qui interpelle et révèle quelque peu ses conditions de vie sociale.
Le bol est vide, à quelques graines près et l'espace à droite sur la photo (2/3) est également vide, l'enfant ne porte, à priori, aucun vêtement !
La diagonale matérialisée par la séparation du mur bleu d'avec le sol gris, emmène notre regard vers le bas, vers l'inconnue puisque nous ne voyons pas le reste du décor. Encore un point fort de la composition !

1/4 heure photo du 13 Mars 2019 : "Besoin d'évasion" par Bernard Bertrand

2019 03 qhp bber cc
L'analyse de Alain Hamdi :

Venise évoque une ville très romantique avec son carnaval, ses masques, ses carnavaliers et ses gondoles dans les canaux. Spontanément, on reconnait le style de Bernard et sa passion liée au carnaval.

Aujourd’hui il nous emmène sur la lagune de Venise. C’est une photo de voyage prise l’an dernier pendant sa période préférée.

Il oriente son appareil depuis l’ile San Giorgio Maggiore en le dirigeant vers la Piazza San Marco. Il choisit le format 3:2 et on est tout de suite attiré par les deux gondoles chahutées par les flots. On entend presque le bruit du cliquetis des gondoles qui tapent contre les pilotis en bois. On imagine aussi un de ces gros bateaux de croisière qui vient de passer et a failli tout emporter, ce qui expliquerait l’agitation et le débordement de l’eau sur le quai.

1/4 heure photo du 27 février 2019 : "Ballet vespéral" par Roland Jacquet

2019 02 qhp rjac cc
L'analyse de Christophe Staudinger :

Analyser une photo d’une autre personne correspond pour moi à me dire : "Aurais-je pris la photo ?". Pour celle-ci oui, c’est pour moi une belle photo de vacances.
La composition est lisible. Je comprends la scène qui se lit de gauche à droite et de haut en bas en zigzag .
Certaines photos de voyage peuvent être encombrées et difficiles à lire, mais ici, je comprends ce que l’auteur a voulu nous montrer.
Entre le premier et le dernier plan mes yeux rentrent dans la photo. Elle retient mon attention. Mes yeux sont en éveil. Contraste bien maitrisé, rien à redire sur les exifs.
Les diverses touches de rouge et d'orange apportent une couleur chaude à l’image. Les enfants qui sont sur la photo apportent une force. J’aime bien leurs reflets dans l’eau. Le sens des diverses voilures aux différents plans apporte un équilibre et la silhouette sombre de l’enfant à gauche, derrière la voilure de la barque, apporte une touche de mystère.

1/4 heure photo du 13 février 2019 : "Bienvenue en Catalogne" par Florence Remi

2019 02 qhp frem cc
L'analyse de Claude Lacour :

Que de jaune, mais n’est-ce pas une couleur d’actualité ?

Ce jaune, couleur dominante, se retrouve partout : rubans de la rambarde, maillot du cycliste, barrières métalliques,...
Les rubans jaunes de la rambarde ne symbolisent-ils pas, quant à eux, la lutte des indépendantistes pour la liberté de la Catalogne ? Leur densité contraste avec les autres rubans jaunes, davantage clairsemés.

Ce jaune bien marqué s’oppose très nettement au bleu du ciel et de la montagne. Par ailleurs, le bleu aperçu à travers la rambarde à gauche de la photo est-il celui d’une mer ou d’un lac ?
Les formes géométriques chères à Florence sont variées : escaliers, barrières au sol, rambardes, poteaux et murs. Exception faite de l’extrémité du muret de l’esplanade, il n’y a pas de forme courbe.

1/4 heure photo du 09 janvier 2019 : "Espoir" par Denis Mouron

2019 01 qhp dmou cc
L'analyse de Mireille Lutzing :

Tout d’abord, merci Denis d’avoir accepté de soumettre ta photo à l’appréciation de deux novices en matière d’ « analyse d’image ».
Si, pour ma part, j’utilise la première personne du singulier dans mon approche, c’est que je n’ai pas encore de compétences en matière de critique photographique et me contenterai donc de te donner mon « sentiment » personnel.

De prime abord, je me suis dit : « Tiens, un enfant dans un magasin ». Il y a des portants, des bouteilles... Bizarre. Que voulait nous dire Denis ?

Mais non ! Il y a des bougies, des grilles de protection, des papiers transparents pouvant contenir des fleurs ou d’autres témoignages de compassion de personnes touchées, voire choquées, par un triste événement. C’est là que mon cerveau me ramène instantanément à l’effroyable attentat du 11 décembre 2018. Je comprends alors que l’on se trouve au pied de la statue du Général Kléber à Strasbourg, devant le mémorial improvisé par les habitants et les visiteurs du marché de Noël.

Page 1 sur 6

Rechercher