1/4 heure photo du 27 février 2019 : "Ballet vespéral" par Roland Jacquet

2019 02 qhp rjac cc
L'analyse de Christophe Staudinger :

Analyser une photo d’une autre personne correspond pour moi à me dire : "Aurais-je pris la photo ?". Pour celle-ci oui, c’est pour moi une belle photo de vacances.
La composition est lisible. Je comprends la scène qui se lit de gauche à droite et de haut en bas en zigzag .
Certaines photos de voyage peuvent être encombrées et difficiles à lire, mais ici, je comprends ce que l’auteur a voulu nous montrer.
Entre le premier et le dernier plan mes yeux rentrent dans la photo. Elle retient mon attention. Mes yeux sont en éveil. Contraste bien maitrisé, rien à redire sur les exifs.
Les diverses touches de rouge et d'orange apportent une couleur chaude à l’image. Les enfants qui sont sur la photo apportent une force. J’aime bien leurs reflets dans l’eau. Le sens des diverses voilures aux différents plans apporte un équilibre et la silhouette sombre de l’enfant à gauche, derrière la voilure de la barque, apporte une touche de mystère.

1/4 heure photo du 13 février 2019 : "Bienvenue en Catalogne" par Florence Remi

2019 02 qhp frem cc
L'analyse de Claude Lacour :

Que de jaune, mais n’est-ce pas une couleur d’actualité ?

Ce jaune, couleur dominante, se retrouve partout : rubans de la rambarde, maillot du cycliste, barrières métalliques,...
Les rubans jaunes de la rambarde ne symbolisent-ils pas, quant à eux, la lutte des indépendantistes pour la liberté de la Catalogne ? Leur densité contraste avec les autres rubans jaunes, davantage clairsemés.

Ce jaune bien marqué s’oppose très nettement au bleu du ciel et de la montagne. Par ailleurs, le bleu aperçu à travers la rambarde à gauche de la photo est-il celui d’une mer ou d’un lac ?
Les formes géométriques chères à Florence sont variées : escaliers, barrières au sol, rambardes, poteaux et murs. Exception faite de l’extrémité du muret de l’esplanade, il n’y a pas de forme courbe.

1/4 heure photo du 09 janvier 2019 : "Espoir" par Denis Mouron

2019 01 qhp dmou cc
L'analyse de Mireille Lutzing :

Tout d’abord, merci Denis d’avoir accepté de soumettre ta photo à l’appréciation de deux novices en matière d’ « analyse d’image ».
Si, pour ma part, j’utilise la première personne du singulier dans mon approche, c’est que je n’ai pas encore de compétences en matière de critique photographique et me contenterai donc de te donner mon « sentiment » personnel.

De prime abord, je me suis dit : « Tiens, un enfant dans un magasin ». Il y a des portants, des bouteilles... Bizarre. Que voulait nous dire Denis ?

Mais non ! Il y a des bougies, des grilles de protection, des papiers transparents pouvant contenir des fleurs ou d’autres témoignages de compassion de personnes touchées, voire choquées, par un triste événement. C’est là que mon cerveau me ramène instantanément à l’effroyable attentat du 11 décembre 2018. Je comprends alors que l’on se trouve au pied de la statue du Général Kléber à Strasbourg, devant le mémorial improvisé par les habitants et les visiteurs du marché de Noël.

1/4 heure photo du 12 décembre 2018 : "L'attente" par Claude Lacour

2018 12 qhp clac cc
L'analyse de Lisa Molaro :

Une photo en noir et blanc nommée « L’attente », sans doute prise cet été au vu des personnages et de leur tenue vestimentaire.

Une scène de rue qui nous rappelle comme il est bon, quand il fait beau et chaud, de profiter du temps qui passe sur une terrasse et à l’ombre bien entendu. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait les acteurs de cette scène, se mettre à l’ombre.

Le personnage assis au premier plan sur la droite avec son aspect "bad boy" (ceinture à cartouches et bracelet de force) ajoute un peu de piquant à cette image, mais n’enlève rien à la tranquilité du moment.

1/4 heure photo du 14 novembre 2018 : "Les Dolomites, 2400 m" par Alain Hamdi

QHP du 14 novembre 2018L'analyse de Patrick Stiegler :

« Tiens, un paysage... », me suis-je dit en découvrant la photo envoyée par Alain. C’est en effet un thème photographique peu fréquent proposé pour le quart d’heure photo, même si on se souvient tous de l’image N&B des barques dans le Ried présentée en septembre par Armand.

Cette photo illustre deux passions d’Alain : la montagne et... la botanique ! Pour étayer mes dires, j’allais vous renvoyer vers son site « Plein les yeux » chez SmugMug, mais malheureusement, il n’existe plus... (*)

Pour anticiper la traditionnelle question « C’est où ? », Alain nous a indiqué que les pitons rocheux qui sont manifestement le sujet principal de cette photo sont les « Tre cime » qui culminent à 3000 m dans le parc naturel du Lavaredo, dans les Dolomites italiennes. Et pour la question sur l’aspect botanique de la photo, sachez qu’il s’agit là d’inflorescences d’Achillée millefeuille, une plante à vertus médicinales.

1/4 heure photo du 24 octobre 2018 : "Indifférence" de Pierre Heckel

2018 10 qhp pheck cc
L'analyse de Hubert Oberbach :

La photo de Pierre tient du genre « scène de rue ». Photos parfois difficiles à oser, avec quelques risques selon les protagonistes. L’auteur a pu prendre son cliché sans trop de soucis, puisque tous les sujets photographiés étaient occupés, sans voir le photographe. Cette scène nous rapporte deux mondes qui se côtoient, celui de la pauvreté et celui de l’opulence.

Deux hommes debout devant une série de distributeurs de billets sont visibles de trois-quarts. La façade où sont logés les distributeurs est nette, sobre, minimaliste. Les deux bulbes des caméras de surveillance (des verrues dans la photo) semblent dire aux passants :  « Attention, on vous tient à l’œil ».


Page 1 sur 6

Rechercher